Peut-on revenir sur sa démission pendant son préavis ?

J'ai remis ma démission en main main propre à mon directeur qui m'a remis une lettre de prise d'acte de démission. Mon préavis court jusqu'au 30 juin. Je suis au repos 2 jours et je reprends jeudi. Est-ce que je peux revenir sur ma décision prise sur un coup de tête ? Je travaille dans une brasserie et en suis en CDI depuis 7 ans et suis bien vue par tout le monde.
2 Réponses
Bonjour, Si ta décision de démissionner a été prise sur un coup de tête car tu as été sous l’emprise de la colère, tu as encore une chance de te rétracter. Attention ! Si tu veux remettre en cause cette démission, tu dois le faire dans les plus brefs délais. Donc, fais le dès aujourd’hui. Voici un modèle de lettre que tu peux utiliser pour demander à ton employeur de te réintégrer au sein de l’entreprise http://www.journaldunet.com/management/pratique/contrats/191/revenir-sur-sa-demission.html
Bonjour, Même si la rétraction n’est pas « a priori » possible dans le cas d’une démission, il n’en est pas de même si la démission ne procède pas d’une volonté libre et réfléchie de la part du salarié. Dans ce cas, il est de jurisprudence constante, de considérer que la rétractation s’impose à l’employeur. Le refus de ce dernier peut conduire à requalifier la démission en un licenciement, voire en un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Bien entendu, il n’existe pas de délai fixé par le Code du travail. Plus le temps passe, moins la rétractation aura de valeur. Exemples de rétractations jugées trop tardives : Rétractation prononcée 3 semaines après la démission était tardive. Cour de cassation du 4/02/1998 arrêt 99-44854 D Rétractation 22 plus jours plus tard Cour de cassation du 14/06/2006 arrêt 03-48413 D Rétractation... 4 ans plus tard ! Cour de cassation du 12/07/2007 arrêt 06-40344 D Pour terminer, sachez enfin qu’il existe aussi la possibilité pour les deux parties concernées de ne pas tirer les conséquences d’une démission et de continuer la relation de travail. Cette possibilité est tout à fait licite pour autant que la volonté commune des parties ne soit pas remise en cause. Bien cordialement


Votre réponse

Texte trop long